NFC

NFC plus qu’un portefeuille mobile

, le

Les services de paiement mobiles utilisant le NFC (Near Field Communication) sont présents depuis des années sur tous les principaux salons professionnels du secteur des télécommunications, et la Mobile Asia Expo, organisée par la GSMA, ne fait pas exception. Le NFC est ainsi l’un des sujets les plus en vogue lors des nombreuses tables rondes et interventions vedettes des programmes.

NFC

Franco Bernabe, Président de la GSMA et PDG de Telecom Italia, a cité des estimations montrant que les transactions mobiles utilisant le NFC pourraient en 2016, dépasser les 50 milliards de dollars. Le premier Vice-Président de KT (Korea Telecom), Junghee Song, a également indiqué que 2012 devrait voir un point d’inflexion dans l’utilisation du NFC. En 2014, le nombre d’utilisateurs de portefeuilles mobiles devrait ainsi atteindre les 340 millions.

Ces prévisions de hausse ne viennent pas de nulle part. Aux États-Unis, à Singapour et dans les pays d’Europe de l’Ouest, les principaux opérateurs mobiles ont trouvé des accords avec les banques et les organisations gouvernementales, produisant des alliances stratégiques ou des accords tels qu’ISIS, AFSCM, iDA, mpass et TRAVIK. Par ailleurs, Google et Microsoft ont amorcé d’importantes campagnes de promotion des portefeuilles mobiles NFC sous Android 4.0 et Windows Phone 8. Un certain nombre de smartphones de Sony, Samsung, Nokia, HTC et RIM ont déjà déployé le NFC, et de nouveaux développements sont encore prévus.

Toutefois, même avec toutes ces tendances positives et les campagnes de promotion, ces estimations sont-elles optimistes ? VISA a débuté sa campagne centrée sur la carte de crédit sans contact dès 2008, et a récemment promu activement les portefeuilles mobiles utilisant NFC. Malgré cela, les campagnes de promotion ont peiné à générer du profit pour le segment de services de paiement sans contact.

NTT DoCoMo peut être un autre exemple, alors que le groupe a fait un véritable effort pour trouver un partenariat stratégique sur les services NFC entre sociétés de télécommunications asiatiques et mondiales. Le partenariat permettrait des transactions NFC mobiles, des remises, ainsi que de la publicité à l’échelle mondiale, apportant aussi des services aux utilisateurs voyageant à l’étranger. Après plusieurs années d’efforts, les seuls partenariats commerciaux rendus publics concernent KT (Korea Telecom) et China Mobile. Qui plus est, sur le stand de NTT DoCoMo, des membres du personnel faisaient remarquer que les détails de la coopération étaient toujours en négociation.

En dehors de la médiocre réaction du marché, l’absence de cohérence entre les différentes formes de paiement NFC peut constituer un autre obstacle. D’importants moyens de sécurisation, comme les éléments de sécurisation intégrés, les solutions utilisant les cartes SD, ainsi que les solutions utilisant USIM, ont chacune leurs partisans. Le portefeuille Google a été refusé par trois des quatre plus grandes entreprises de télécommunications américaines. AT&T et T-Mobile ont refusé d’expédier leurs téléphones Android, prévus pour NFC, avec Google Wallet préinstallé.

En dépit des enthousiastes du secteur, de nombreuses personnes pensent que cela prendra plusieurs années avant que les services de paiement mobiles soient largement acceptés. Ajay Banga, PDG de MasterCard, a indiqué, dans un entretien accordé l’an dernier, que les portefeuilles mobiles NFC représentaient « un effort de cinq à dix ans ». MasterCard est l’un des premiers partenaires commerciaux de Google Wallet, et développe depuis des années sa propre plateforme de transaction mobile. En Chine, en raison de la popularité des transactions en argent liquide, des machines de point de vente dépassées, et du standard NFC nouvellement adopté, le marché est très loin d’être prêt.

À l’opposé de la controverse liée aux transactions mobiles, le NFC a acquis une plus grande popularité en améliorant l’expérience interactive sur smartphones. Android 4.0 et Windows Phone 8 utilisent tous les deux le NFC comme un instrument d’interaction entre terminaux, simplifiant le processus d’échange de données. Des fonctions comme le Bluetooth et l’installation du WiFi, « suivre » sur un réseau social, l’ouverture d’une application, ou le changement des paramétrages du téléphone, peuvent être facilement initiés en touchant votre téléphone avec le téléphone d’une autre personne ou en marquant une puce NFC. Le marquage NFC TecTile, de Samsung, est conçu pour exécuter de telles fonctions. L’une des applications phares du NFC est une installation simplifiée de WiFi et du Bluetooth. Ainsi, Nokia fournit un ensemble de casques et de haut-parleurs Bluetooth NFC, suivi par le lancement cette année du casque Bluetooth NFC de Motorola. Au lieu de chercher un code PIN et de l’entrer à chaque fois dans votre menu de paramétrage, la connexion Bluetooth peut être établie en touchant simplement votre téléphone avec un terminal NFC. Un tel paramétrage peut facilement se faire entre téléphones, tablettes, casques Bluetooth, routeurs WiFi, imprimantes, téléviseurs, ou même voitures.

Du côté du matériel, en dehors de NXP, de plus en plus de fabricants de puces commencent à fournir des modèles avec NFC intégré. Broadcom a annoncé en septembre dernier une gamme de produits NFC, comportant les puces BCM2079x. Les puces combinées (WiFi, Bluetooth, FM) conçues par Broadcom sont largement utilisées par les terminaux mobiles, dont l’iPhone, l’iPad et l’iPod Touch d’Apple. Marvell, autre acteur majeur du secteur, a récemment lancé une puce combinée comportant 802.11ac, WiFi, Bluetooth et NFC. On s’attend à ce que les nouvelles puces combinées avec NFC correspondent au passage à un niveau supérieur en termes de ventes et de marketing. Avec ces puces combinées, les fabricants de téléphones cellulaires et de tablettes seront capables d’utiliser la fonction NFC pour un coût très faible, et avec très peu d’efforts pour reconfigurer le circuit.

Auteur : Huang Junjie

,

vous aimerez peut-être également...

@Orange  |
nombre de commentaires
retrouvez aussi les