Paszke

fin de route prématurée pour Roman Paszke

, le

Roman Paszke, le navigateur polonais qui s’était élancé début janvier dans un tour du globe contre le vent, a dû renoncer à sa tentative de battre le record du monde.

Il a pris la décision alors qu’il se trouvait environ à 250 milles marins du Cap Horn, dans un secteur reconnu comme l’un des plus difficiles au monde pour la navigation. Actuellement, les vagues atteignent là-bas des hauteurs de sept mètres.

Roman Paszke

«Une attente prolongée pour pouvoir passer le Cap Horn, puis ensuite le Détroit de Drake vers le Pacifique s’est révélée au-dessus de mes forces», admet le navigateur. «Des changements permanents de météo et les conditions difficiles de la région ont finalement constitué des obstacles insurmontables. Or les conditions attendues pour cette nuit et le jour suivant constituent à nouveau un risque de dégâts pour le bateau et pour moi-même», affirmait-il il y a quelques jours.

Déjà au moment du départ, Roman Paszke expliquait que réussir le passage du Cap Horn serait essentiel… et surtout très difficile. «Réussir à passer le Cap contre le vent dans une mer formée dépend de la météo». La plus grande difficulté réside dans «le contrôle des changements très rapides des conditions dans cette région. Ce cap, c’est comme le K2 en hiver».

«En considérant les prévisions toujours défavorables de la météo pour la région, j’ai pris la décision d’arrêter la tentative de tour du monde en catamaran contre le vent» – a-t-il informé les lecteurs du blog polonais d’Orange.

Rappelons qu’Orange était partenaire technologique de cette tentative, ayant équipé le catamaran de deux antennes satellite Inmarsat Fleetbroadband Sailor 500 et 250. Orange a naturellement assuré la transmission de la voix par satellite, de même que la transmission des données.

,

vous aimerez peut-être également...

@Orange  |
nombre de commentaires
retrouvez aussi les